Membres

Search

5/27/2010

Test De PNL


(On trouve ce genre de test sur des sites de Pnl, mais celui-ci est le seul qui fasse l'objet d'une validation statistique sérieuse)


La Communication Non Verbale

Technique de PNL: L'Ancrage

Idoze, La Drogue Virtuelle Qui Inquiète

Un exemple de CD vendu par idozer.comElles se présentent comme « la seule méthode sans danger permettant de simuler ses émotions » Ces drogues digitales prennent la forme de morceaux de musique à télécharger pour connaître des sensations semblables à celles entraînées par une prise de drogue. Mais sur internet, ce phénomène commence à inquiéter certains spécialistes.


Des effets supposés, une prise de risque bien réelle


USA today publie ainsi une tribune inquiétante pour les parents des jeunes internautes. L’article signale que peu d’études ont été menées sur le phénomène, mais l’une d’entre elles, faite par une université américaine, laisse entendre que des troubles de l’humeur et de la motricité peuvent résulter de l’écoute de ces morceaux. De manière générale, il n’est pas sûr que ces bandes sons produisent réellement les effets recherchés. Mais elles sont une porte d’entrée à la prise de drogues réelles. Certains sites conseillent d’ailleurs la prise de drogues illégales lors de l’écoute de ces sons. Sur des forums, des témoignages semblent indiquer que s’ils peuvent ne produire aucun effets sur un sujet « sain », ces « idozes » rendraient encore plus dangereuse la prise d’une drogue.


Des sons aux effets euphorisants ?


Ces musiques s’écoutent avec un casque, et sont réalisées en envoyant des sons différents à chaque oreille. Ce sont ces "beats" qui sont sensés apporter un effet psychotrope. Une musique est ajoutée par-dessus cette bande, pour la rendre agréable à écouter. Les sites qui les proposent en téléchargement les classent en différentes catégories, des plus « tranquilles » à celles qui procuraient des effets semblables à ceux entraînés par la prise de LSD. Une promesse commerciale qui a de quoi inquièter certains parents.

5/16/2010

Drogue Virtuelle Stimulante

5/01/2010

Pour Commencer...


  •            

  •   


  •  Il existe une différence  entre la réalité et l'expérience par un organisme de cette réalité (reprenant l'idée de Platon, Korzybski comparait ce rapport entre celui d'un objet et sa projection).

  •   

  •  

  • Chaque personne possède sa propre carte du monde - dont l'élaboration est déterminée par sa morphogenèse et son histoire personnelle.
  •  
  •  
  •  
  • Aucun modèle du monde n'est plus "vrai" ou "réel" qu'un autre.
  •  
  •  
  •  
  • Les choix d'un individu sont limités par ses modèles du monde et les réponses possibles qu'il en connaît.

  •   

  •  

  • Des modèles donnant accès à davantage de choix, ou à des choix plus riches, peuvent se révéler fructueux.

  •   

  •  
  •  
  • Chacun bâtit son modèle du monde au travers de son système nerveux.
  •  
  •  
  • Beaucoup de comportements résultent de séquences et de combinaisons de patterns ou schémas neurologiques.
  •  
  •  
  •  Les cartes du monde sont similaires à des agencements de petits programmes neuro-linguistiques.
  •  
  •  

  • Beaucoup de comportements résultent de séquences et de combinaisons de patterns ou schémas neurologiques.
  •  
  •  
  •  Des patterns neurologiques consistent en des entrées de perceptions sensorielles et sont stockées au travers de nos systèmes de représentations (VAKOG = Visuel, Auditif, kinesthésique, Olfactif et Gustatif).
  •  
  •  

  • La connaissance, le sens, les pensées, etc. sont le résultat de computations internes qui consistent en chevauchements (synesthésies), corrélations (équivalences comportementales) et connections (associations) entre des systèmes de représentations.
  •  
  •  
  • Le changement et la communication sont le résultat d'altérations ou d'accès à ces connections, corrélations ou chevauchements.
  •  
  •  

  • Un pattern d'association (ancres) peut être établi par une seule expérience par contraste avec une répétition linéaire.
  •  
  •  
  • Le langage est un Méta-modèle de nos modèles du monde.
  •  
  •  
  • Le langage est un moyen de coder et de séquencer ces représentations sensorielles; il est donc une expérience secondaire (structure de surface) - un pas en decà de notre expérience primaire (structure profonde).
  •  
  •  
  • La plus grande qualité d'information que nous pouvons obtenir d'une autre personne est comportementale plutôt que verbale. 
  •  
  •  

  • Le changement vient de la libération et du déclenchement des ressources appropriées (ou de
  • l'activation de la ressource potentielle) pour un contexte particulier en enrichissant le modèle du monde individuel.
  •  
  •  
  • Il n'y a pas d'erreurs, mais des objectifs; il n'y a pas d'échec, mais du feedback.
  •  
  •  

  • Les règles de changement et de renforcement d'un niveau ne seront pas semblables à celles d'un autre niveau. Ce qui est positif à un niveau peut être négatif à un autre niveau.
  •  
  •  
  • Il est important de trier les différents niveaux des interactions, Il est utile de séparer les comportements de l'identité - de séparer l'intention positive, fonction, croyance, etc. qui génère le comportement du comportement lui-même.
  •  
  •  

  • Le changement le plus écologique provient du fait de répondre à l'intention du comportement et non à l'expression du comportement lui-même.
  •  
  •  
  • Les gens font le meilleur choix qui leur est possible tenant compte des possibilités et capacités qu'ils perçoivent comme leur étant disponible à partir de leur modèle du monde :
  •  
  •  


  • Tout comportement aussi brutal, fou ou bizarre qu'il puisse sembler, est le meilleur choix pour cette personne à ce moment étant donné son modèle du monde. Si on lui fournit de meilleurs choix (dans le contexte de son modèle du monde) la personne le choisira automatiquement.
  •  
  •  
  • Dès qu'il existe des comportements que vous ne pouvez pas générer, il existe des réponses et donc des objectifs que vous ne pouvez pas produire.
  •  
  •  
  • Si ce que vous faites ne déclenche pas la réponse que vous recherchez, alors continuez à varier vos actions jusqu'à déclencher la réponse désirée.
  •  
  • Les comportements efficaces sont organisés en TOTE (Test-Opération-Test-Exit).

Principes de la PNL (programmation neuro linguistiques)

Programmation : Le mot programme fait référence à l’ensemble de nos automatismes, qu’il s’agisse d’automatismes cognitifs, émotionnels ou comportementaux.


Neuro : Le mot neuro fait référence aux neurones, à notre système nerveux central et notre système nerveux périphérique qui établissent des corrélations, utiles ou nuisibles, entre nos percepts.


Linguistique : Le langage nous permet de communiquer et de structurer notre pensée; il véhicule notre culture.


Selon la PNL, ce que quelqu’un fait, une autre personne peut le faire (présupposé de la PNL).





Ses créateurs se positionnent ainsi :




« Nous ne sommes pas des psychologues, nous ne sommes pas non plus des théologiens ou des théoriciens. Nous n’avons pas d’idée à propos de la nature "réelle" des choses, et cela ne nous intéresse pas particulièrement ».
Une erreur est survenue dans ce gadget

Pages